Efficacité de l’homéopathie : que dit la science ?

homéopathie

Publié le : 09 janvier 202412 mins de lecture

On a tendance à recourir directement à la médecine conventionnelle lorsqu’on est malade. Et pourtant, il existe bien d’autres types de traitements qui sembleraient être aussi efficaces que cette dernière. Tel est le cas de l’homéopathie. Selon ses adeptes, cette pratique qui possède plusieurs écoles de pensée aiderait à guérir de nombreuses maladies et à retrouver une santé de fer. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et qu’en est-il de l’efficacité de l’homéopathie vue par la science ?

L’homéopathie : qu’est-ce que c’est ?

Est- ce que l'homéopathie est efficace ?L’homéopathie est une médecine douce, destinée à curer des maladies et des pathologies. Elle provient des termes « h o m o i o s » et « p a t h o s », qui signifient respectivement « semblables » et « maladies ». Elle a été notamment initiée par un médecin appelé Samuel Hahnemann, il y a 200 ans de cela.

Comme son nom l’indique, cette pratique est basée sur la guérison d’une pathologie par ses semblables. Elle préconise donc l’auto guérison et est contraire de l’allopathie (guérir la maladie par son opposant).

On distingue notamment 3 grands principes de l’homéopathie : la similitude, la loi de l’individuation et la dilution infinitésimale. Le principe de la similitude suppose que la maladie doit être guérie par son similaire. Pour guérir une maladie, on doit donc utiliser l’élément qui l’a causé, mais en petite quantité. Ensuite, selon la loi de l’individuation, le traitement doit se faire selon chaque individu, et non de manière globale. En effet, chaque personne réagit différemment à un symptôme. Enfin, le remède préconisé par l’homéopathie se base généralement par la dilution de l’élément toxique. Par exemple, si vous choisissez d’utiliser l’homéopathie pour mauvaise circulation du sang, alors vous devez utiliser les mêmes toxines qui l’ont causé, mais en les diluant.

À lire en complément : Quelles sont les différentes substances utilisées en homéopathie ?

L’homéopathie : quels sont ses présumés bienfaits ?

Les homéopathes soutiennent que l’homéopathie est une médecine miraculeuse. Apparemment, elle pourrait aider à traiter de nombreuses maladies comme le rhume, les troubles respiratoires, les traumatismes physiques (on connaît tous le célèbre Arnica !), les maladies du système digestif ou de celles de l’appareil génital. Il serait également possible d’utiliser l’homéopathie pour mauvaise circulation du sang qui est, ne l’oublions pas, la première cause du dysfonctionnement de l’organisme. Le traitement homéopathique de circulation sanguine se ferait généralement par la consommation d’une dilution basse.

Enfin, l’homéopathie aiderait aussi à régler des troubles psychologiques et mentaux comme l’anxiété, la panique, la phobie, etc.

Quels types de pathologies peut guérir ou soulager l’homéopathie ?

L’homéopathie est une approche médicale complémentaire qui vise à stimuler les mécanismes d’auto-guérison du corps. Bien qu’elle ne prétende pas « guérir » de manière directe toutes les maladies ou affections, l’homéopathie peut être utilisée pour soulager un large éventail de symptômes et d’affections, notamment :

  • Affections aiguës : L’homéopathie est souvent utilisée pour traiter des affections aiguës telles que les rhumes, la grippe, les maux de gorge, les douleurs musculaires et articulaires, les maux de tête, les troubles gastro-intestinaux, les brûlures légères, les éraflures, les piqûres d’insectes comme les moustiques ou punaises de lit, etc.
  • Troubles chroniques : Bien que l’homéopathie ne prétende pas guérir les maladies chroniques, elle peut aider à soulager les symptômes associés à des affections chroniques telles que le syndrome du côlon irritable (SCI), l’arthrite, l’asthme, les allergies, la migraine, l’eczéma, et d’autres troubles.
  • Problèmes de santé mentale : L’homéopathie peut être utilisée pour aider à soulager les symptômes liés à la santé mentale, notamment l’anxiété, la dépression, l’insomnie et le stress.
  • Troubles gastro-intestinaux : Elle est couramment utilisée pour traiter des troubles gastro-intestinaux tels que les gaz, nausées, les vomissements, la diarrhée, la constipation, les coliques et la dyspepsie.
  • Problèmes dermatologiques : L’homéopathie peut aider à soulager les symptômes de troubles dermatologiques tels que l’eczéma, le psoriasis, l’acné, l’urticaire et les éruptions cutanées.
  • Problèmes gynécologiques : Elle est parfois utilisée pour traiter des troubles gynécologiques tels que les règles douloureuses, les déséquilibres hormonaux, la ménopause et les infections vaginales.
  • Problèmes pédiatriques : L’homéopathie est utilisée en toute sécurité pour traiter les problèmes pédiatriques courants tels que la fièvre, les coliques, les troubles du sommeil, les otites, les rhumes et les affections de la peau chez les enfants.

Il est important de noter que l’efficacité de l’homéopathie peut varier d’une personne à l’autre, et qu’elle ne remplace pas les traitements médicaux conventionnels lorsque ceux-ci sont nécessaires. En cas de maladie grave, de blessure grave ou de symptômes graves, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé conventionnel pour un diagnostic et un traitement appropriés. De plus, si vous envisagez d’utiliser l’homéopathie, il est recommandé de le faire sous la supervision d’un praticien homéopathe qualifié pour obtenir des recommandations personnalisées.

L’homéopathie : que pensent les scientifiques sur son efficacité ?

L’homéopathie pour la circulation sanguine ou pour autres types de maladies, a toujours semé le doute depuis longtemps, surtout auprès des scientifiques. Si certains semblent y adhérer, d’autres sont plus perplexes quant à son efficacité. L’académie nationale de médecine en France associe par exemple l’homéopathie à un effet placebo. Plus précisément, elle ne serait pas en réalité, efficace, mais peut tout de même produire certains effets, juste parce que le patient y croit. La maladie n’est donc pas réellement guérie, mais juste soulagée à un moment. Puis, elle pourra revenir de temps en temps dans les prochains jours à venir. Pour eux, l’homéopathie ne serait donc qu’une illusion et est dénuée de fondement scientifique.

Certains scientifiques semblent, par contre, plus favorables à l’homéopathie. Tel est le cas d’une organisation en Canada. Certes, ils ne confirment pas vraiment si l’homéopathie est bel est bien efficace ou non. Mais au moins, ils autorisent la commercialisation de certains produits homéopathiques et tendent à s’intéresser davantage à leurs potentiels. Il en est de même pour la plupart des pharmacies qui continuent à vendre des produits homéopathiques dans leurs enseignes.

Mais peu importe les avis des scientifiques en la matière, les pratiquants de cette méthode semblent être convaincus de ses effets thérapeutiques et de ses vertus miraculeuses. Reste à savoir si un jour, les scientifiques seraient aussi du même avis que ces derniers.

Comment se situe le médecin expert en homéopathie par rapport à la médecine dite conventionnelle ?

Un médecin homéopathe est avant tout un médecin, diplômé des facultés universitaires, qualifié dans la profession médicale et régulièrement inscrit aux Ordres des Médecins, et, dans la majorité des cas, également titulaire d’une ou plusieurs spécialisations. Dans son cursus régulier d’études, ce médecin a appris, et adopte dans sa pratique clinique, tous les rudiments de l’art médical (de la prévention, au diagnostic, au traitement jusqu’à la rééducation) et doit, comme tout médecin, être constamment mis à jour.
Par rapport au médecin dit « conventionnel », le médecin homéopathe a poursuivi sa formation en approfondissant ses connaissances aussi vers d’autres manières d’aborder le patient et d’autres possibilités thérapeutiques. Dans ce cas également, le professionnel est tenu d’être soigneusement et constamment mis à jour, spécifique à la médecine homéopathique.
En conclusion, de l’avis de cette Société Médicale Scientifique, le Médecin Homéopathe doit toujours et en tout cas opérer au profit du bien premier que représente la santé de son patient, en poursuivant cet objectif premier par une intégration constante entre les différentes méthodes thérapeutiques et choisir dans chaque cas la meilleure approche.

Pourquoi l’homéopathie n’est-elle pas encore reconnue par la médecine « officielle » ?

Les principaux reproches adressés par la médecine dite « officielle » à l’homéopathie sont :

  • la méconnaissance du mécanisme d’action des médicaments homéopathiques, notamment sur le moment adapté pour la prise du traitement ;
  • la dilution extrême des médicaments homéopathiques qui conduit à croire, dans plusieurs cas, qu’aucune molécule du principe actif du médicament n’est présente dans le médicament prescrit.

Même si les choses ont évolué rapidement, surtout avec les nouvelles acquisitions scientifiques dont nous avons parlé plus haut, cependant les recherches scientifiques menées jusqu’ici et l’expérience clinique acquise dans le monde entier en plus de 200 ans de pratique médicale (en France par exemple, plus plus de 7 000 médecins homéopathes opèrent et environ 6 millions de citoyens utilisent des médicaments homéopathiques) démontrent l’efficacité de cette méthode thérapeutique.

L’efficacité des thérapies homéopathiques peut-elle être liée à l’effet placebo ?

L’effet dit placebo, qui indique une guérison ou une amélioration déterminée par un conditionnement psychologique du patient et qui n’est en réalité lié à aucun effet thérapeutique du médicament, est dans une certaine mesure toujours présent dans les guérisons même dans les soi-disant  » médecine officielle ». Souvent, le simple fait de parler à un médecin en qui vous avez confiance entraîne des améliorations même significatives chez le patient (le soi-disant « effet thaumaturgique » du médecin, mieux connu sous le nom d' »effet Hawthorne » du nom de l’auteur qui l’a décrit le premier ). Comme déjà expliqué ci-dessus, à l’heure actuelle, il est également présumable que même dans cette méthode thérapeutique, comme d’ailleurs dans toute spécialité médicale, il y a une certaine contribution de l’effet placebo. Cependant, tout ne peut pas être expliqué de manière aussi simpliste ! Sinon il ne serait pas possible de comprendre l’efficacité des thérapies homéopathiques chez les nourrissons (qui sont difficiles à conditionner d’un point de vue psychologique), en médecine vétérinaire, ou même chez les plantes !

Plan du site